Parcs et jardins

Une pause dans un parc paysager ?
"Envie d’une petite pause bucolique ? Prenez le temps de découvrir un jardin du XIXe siècle ! Ces traces « vertes » du passé guebwillerois constituent un patrimoine méconnu et pourtant très présent..."

Par : Cécile

Animatrice du patrimoine

 

 

Un peu d'histoire...

Le passé industriel de Guebwiller a bien sur laissé des traces à travers les usines et les cités ouvrières, mais également par la présence de villas somptueuses. Celles-ci étaient entourées d’un parc auquel un soin particulier était accordé, révélateur de l’art de vivre de cette époque : des allées sinueuses, des collections de végétaux venus du bout du monde, l’aménagement des recoins bucoliques, … tout ça laisse rêveur... Avec un tout petit peu d’imagination, on se représente également la gloriette disparue ou bien l’eau coulant de la rocaille. Une splendeur du passé.


  • Vitraux contemporains de l'abbaye de Murbach crédit: Gregory Tachet
  • Vue ancienne vue d'ensemble du parc de la marseillaise
Chapelle Notre Dame de Lorette Crédit: Gregory Tachet

 

Et un peu de botanique...

Les industriels guebwillerois étaient passionnés de botanique et en agrémentait leurs propriétés. J’ai même retrouvé dans les archives des prix qu’ils ont gagné pour leur rhododendron ou leur azalée. Ils utilisaient leur fortune pour se créer de véritables arboretum et ne lésinaient pas sur les infrastructures nécessaires : une orangerie pour abriter leurs plantes méditerranéennes ou carrément une serre chaude pour les plantes exotiques ! Tout n’existe plus aujourd’hui mais de beaux vestiges subsistent.

Dans la région de Guebwiller, je vous conseille d’aller visiter en particulier 3 lieux :

  • Le parc du Domaine de Beaupré, ancienne propriété de la famille de Bary. Cette riche famille d’industriels textile fabriquait des rubans de soie à Guebwiller. Sensible à son cadre de vie, elle n’a pas hésité à faire intervenir de grands artisans d’art pour aménager sa demeure à l’intérieur comme à l’extérieur. Petit scoop : Edouard André, y est intervenu pour dessiner la porte d’entrée monumentale par exemple.

 

 
  •      Le parc de la Marseillaise, qui dès sa création était un parc public. Il s’agit d’une réalisation du célèbre paysagiste Edouard André en 1898. Comment une ville de vallée comme Guebwiller en arrive à faire intervenir une telle célébrité ? Je pense que Emile de Bary le connaissait à titre personnel, puisqu’il a fait des croquis et des plans pour le domaine de Beaupré dont on vient de parler. Le Parc de la Marseillaise est inscrit Monument historique et a été labélisé jardin remarquable : un incontournable quoi !
  • Banc du Parc de la Marseillaise © Cécile Modanese
  • Vue actuelle du Parc de la Marseillaise
 
  •       Depuis Septembre 2019, le parc du château de la Neuenbourg est ouvert à la visite. Un petit bijou méconnu, mais dont la valorisation que nous menons au service Pays d’art et d’histoire permet la compréhension.
"Pour apprécier ces endroits hors du temps un maitre mot : prendre son temps. Impossible de découvrir la magie de ces havres de paix avec la montre en main ! Alors, redonnez-vous le temps de la rêverie, plongez-vous dans le romantisme d’un temps révolu."

Cécile

Animatrice du patrimoine

J’ai la chance de faire un métier « passion » : animatrice de l’architecture et du patrimoine à la Communauté de Communes de la région de Guebwiller. Ma mission est de valoriser le patrimoine par le développement de projets dont l’objectif est de sensibiliser aux merveilles du « Pays d’art et d’histoire ». Historienne, je fais un doctorat évoquant l’évolution des jardins.