Les fermes auberges

Au coeur des traditions montagnardes

"Lorsque j'étais enfant, notre rituel du dimanche était de partir en montagne pour profiter du grand air ! Le plus souvent, nous nous arrêtions sur la route des crêtes du côté du Markstein ou du point culminant, le Grand-Ballon. Et nous voilà partis pour quelques heures de marche, à travers les hautes chaumes..."

Par : Valérie

Service adhésions et éditions

 

 

Chapelle Notre Dame de Lorette Crédit: Gregory Tachet

 

1km à pied, ça use, ça use...

Carte de randonnées à la main, on se dirige vers le sommet en chantant (il faut bien se motiver, n'est-ce pas?) et quelle récompense en voyant, au milieu des pâturages et des vaches vosgiennes, « la ferme-auberge » que j’attendais tant !

Après l'effort, le réconfort !

Qu’est-ce qu'on va bien pouvoir manger ? Aucune hésitation : une spécialité « marcaire » ! Entre la tourte à la viande, les « roïgabrageldis (pommes de terre à l’étouffée) » avec de la viande fumée, la charcuterie maison, la portion de munster et la tarte aux myrtilles ou le siaskas… Il y en a pour tous les goûts ... et toutes les faims. Humm cette odeur de la cuisine et cette ambiance si chaleureuse; on s’y sent comme à la maison !




C'est quoi un "marcaire"?

L’origine des fermes-auberges remonte au 19e siècle. A cette époque, de nombreux paysans des vallées montaient leurs troupeaux vers des pâturages de montagne. Cette tradition qui est encore pratiquée de nos jours s’appelle la transhumance. Ce sont les « marcaires » (du mot alsacien « malker » celui qui trait les vaches) qui gardaient les troupeaux. Leur abri se nommait la « marcairie ».

  • Carte postale ancienne - Collection Michel Ruh
    Carte postale ancienne - Collection Michel Ruh
  • Ferme auberge Kahlenwasen Collection : Michel Ruh
  •  Ferme du Gustiberg Collection : Michel Ruh
    Ferme du Gustiberg Collection : Michel Ruh
  •  Ferme de la Rolle Collection : Michel Ruh
    Ferme de la Rolle Collection : Michel Ruh

Un incontournable

Bien des années plus tard, les familles des marcaires quittèrent leur maison en vallée pour passer la période d’estive en montagne. Cependant l’agriculture ne suffisait pas à les faire vivre et les paysans aménagèrent une auberge dans chaque ferme. Ces « anciennes marcairies » deviennent alors des fermes-auberges pour le plus grand plaisir des randonneurs !

"Au départ de Guebwiller, une petite demi-heure de voiture suffit pour rejoindre l’une des fermes-auberges du massif. Les plus téméraires emprunteront l’un des sentiers du Club Vosgien pour y accéder. Durant la période estivale pensez à la navette des crêtes qui dessert de nombreuses fermes-auberges sur la route des crêtes."

Portrait de Valérie

Valérie

Service adhésions et éditions

Valérie a grandi dans une famille 100% traditions alsaciennes avec un père troubadour et une mère passionnée de grastronomie ! Elle partage avec plaisir ses coups de coeurs pour un séjour tout en anthenticité.  

Voir plus d'articles de Valérie