Office de tourisme de Guebwiller - Alsace

Les vins d'Alsace: Grands crus et cépages

En Alsace, le long de la route des vins, les vins sont caractérisés par leur nom de cépage ; il convient donc de citer les sept cépages et de présenter pour chacun d’eux leurs caractéristiques afin d'appréhender au mieux leur dégustation chez le vigneron.

Les sept cépages des Vins d'Alsace:

Sylvaner route des vins d'Alsace

Le Sylvaner : donne un vin incisif et frais. Ce cépage accompagne aussi bien les fruits de mer, les poissons grillés ainsi que les charcuteries et les salades.
 Pinot Blanc route des vins d'Alsace Le Pinot-Blanc : donne un vin souple et fruité. Il s’accorde avec la plupart des plats alsaciens  (entrées froides et chaudes, viandes blanches, fromage…).
 rieseling Le Riesling : donne un vin sec, fruité, qui a la particularité d’évoluer vers une expression franchement minérale. Ce vin gastronomique accompagne idéalement les fruits de mer, les charcuteries et les salades, les viandes blanches ou encore la choucroute.
 Pinot gris cépage de la route des vins d'Alsace Le Pinot-Gris : donne un vin corsé, dont l’heureuse acidité combat le léger moelleux. Il s’accompagne parfaitement avec le foie gras, les viandes blanches ainsi qu’avec des recettes exotiques.
 Muscat cépage sur la route des vins d'Alsace Le Muscat : donne un vin léger et fruité. Il se distingue des Muscats doux méridionaux par son caractère sec. L’apéritif et les asperges constituent deux excellents moments pour déguster ce cépage.
 Gewurztraminer cépage de la route des vins d'Alsace Le Gewurztraminer : donne un vin exceptionnellement riche, aux arômes de fruits, de fleurs et d’épices. Le Gewurztraminer s’accorde avec le foie gras, les préparations exotiques, les fromages corsés et les desserts. Il est également apprécié en tant qu’apéritif.
 Pinot Noir cépage de la route des vins d'Alsace Le Pinot-Noir : est vinifié soit en rosé, soit en rouge, donnant un vin fruité aux arômes de cerise, de cassis ou de framboise. Ce cépage peut être vieilli ou non en pièces de chêne et il s’accompagne avec les gibiers et les fromages.

 Le mariage entre terroir et coteaux

Abrité des influences océaniques et de la pluviosité, le vignoble alsacien bénéficie d’un climat semi-continental chaud et sec. La hauteur particulièrement élevée des vignes (entre 200 et 400 mètres d’altitude) confère un ensoleillement maximal qui se traduit par une maturation lente et prolongée des raisins.
L’uniformité n’est pas le propre du terroir alsacien : c’est au contraire dans ses infinies modulations que réside une bonne part de l’exceptionnelle diversité de ses vins. Ainsi, Guebwiller est le haut lieu d’un champ de fracture au sein duquel voisine et se chevauche une incroyable variété de formations géologiques telles que des sols calcaires, argileux et gréseux.

Des terroirs, des Grand Crus

Les atouts de ces terroirs tels que l’exposition des coteaux, leur profil, leur déclivité, les capacités d’emmagasinement thermique du sol, la protection des reliefs, l’influence éventuelle d’une rivière induisent toute une série de climats, dont bénéficient en premier lieu les Grands Crus.

Ces coteaux alsaciens dont l’appellation relève « Alsace Grand Cru » sont au nombre de 50 et concernent 47 communes viticoles. Ils ne peuvent provenir que du Riesling, du Muscat, du Pinot-Gris et du Gewurztraminer.

Le vignoble de Guebwiller

Vignoble de Guebwiller Crédit: Domaines Viticoles Sclumberger

Ainsi, Guebwiller s’allonge aux pieds de formidables coteaux, se flattant d’un quarté magique de quatre Grands Crus : le Kitterlé, le Kessler, le Saering et le Spiegel, ce dernier partagé avec Bergholtz. Quant à Orschwihr, le Pfingstberg constitue une magnifique perle pour ce terroir classé Grand Cru et Wuenheim dévoile son joyau à travers le Grand Cru Ollwiller.
Cette géologie complexe procure des vins élégants avec un fruité prononcé. Toutefois, ces vins s’ouvrent lentement et leur longévité est exceptionnelle.

L’influence des saisons sur le rythme du vigneron

Taille de la vigne en Alsace

La taille : de décembre à mars, le vigneron applique la méthode Guyot simple ou double. Il laisse sur chaque cep un, voire deux sarments de longueur variable.

 Arcure et liages travaux de la vigne en Alsace

L’arcure et le liage : dès la fin de la taille, le vigneron attache le ou les sarments en demi-cercle autour du fil.

 

La plantation : la plantation s’échelonne de la mi-mars à la mi-mai de façon manuelle ou mécanique.

 

L’épamprage : le vigneron élimine les rameaux (branches) issus du tronc et ne donnant pas de fruits. Leur suppression permet un meilleur développement des pousses principales.

Le labour au mois d’avril.

 Palissage travail du vigneron en Alsace

Le palissage consiste à positionner les rameaux vers le haut, en les maintenant entre deux paires de fil.

Le rognage vise à couper l’extrémité des rameaux de façon à former une haie bien régulière.

 Effeuillage travaux de la vigne en Alsace

Quant à l’effeuillage, le vigneron élimine les feuilles situées à proximité des grappes pour augmenter leur ensoleillement et leur aération et ainsi limiter les risques de pourriture.

Le traitement des vignes : de la mi-mai à juin, le vigneron traite les vignes contre les maladies et les parasites.

La maturation : débute vers la mi-août. Ce phénomène suppose une progression de la teneur en sucre des raisins alors que le taux d’acidité baisse.

Les vendanges en Alsace

Vendanges en Alsace avec cheval de trait Crédit: Dirler CadéElles démarrent généralement en septembre. L’ouverture des vendanges est fixée officiellement par un comité d’experts. Le transport de la vendange de la vigne au chai se fait par les vignerons soit dans des cuves, soit dans des bennes à vendanges.

La vinification des vins blancs : 

Le pressurage : consiste à extraire le jus des grains de raisins.

Le débourbage : à la sortie du pressoir, le jus de raisin est trouble. Il contient diverses particules en suspension qui forment les bourbes. L’élimination de ces bourbes ou débourbage peut être faite naturellement par le dépôt spontané de ces particules ou mécaniquement par une centrifugeuse.

La fermentation alcoolique : est la transformation du sucre en alcool par le biais de levures présentes naturellement dans les raisins. La température doit être comprise entre 16 et 22°C : plus la température sera élevée, plus la fermentation alcoolique sera rapide.

Le soutirage : consiste à séparer, dès la fin de la fermentation, le vin clair des dépôts qui constituent les lies.

L’élevage du vin : la fin de la fermentation ne signifie pas que le vin est terminé et prêt à être consommé. L’intervention du vigneron est encore nécessaire car le vin réclame une surveillance et des soins attentifs jusqu’à la mise en bouteille.
 
La filtration : consiste à faire passer le vin trouble à travers un filtre. L’opération peut être renouvelée plusieurs fois.

La mise en bouteille : est la finalité de la vinification. Dès que le vin est sain, stable et limpide, le vigneron peut le mettre en bouteille.

La vinification des vins rouges

L’égrappage et le foulage : l’égrappage consiste à séparer totalement les baies de la rafle. Puis, le Pinot Noir est foulé : ainsi, les baies de raisins sont éclatées pour libérer le jus.

Le cuvage (macération) : durant cette opération, la fermentation alcoolique et une certaine macération des matières solides dans le jus se produisent simultanément. C’est un phénomène complexe pendant lequel, couleurs et tanins présents dans la peau du Pinot Noir, passent dans le jus.

Le décuvage et le pressurage : lorsque la fermentation alcoolique est achevée, le vigneron laisse écouler ou égoutter le vin dit « de goutte ». Il reste alors à l’intérieur de la cuve, les matières solides ou marc, contenant encore une assez forte proportion de vin. Ces marcs seront dirigés vers un pressoir pour extraire ce vin dit « de presse ».

La fermentation malolactique : est la seconde fermentation par le biais de bactéries. Elle consiste à affiner les vins rouges et à diminuer l’acidité.

La vinification de l’AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) Crémant d’Alsace

Dégustation à Wuenheim Cave du Vieil Armand
La méthode utilisée pour l’élaboration de ce vin effervescent est la méthode champenoise : après la fermentation traditionnelle des vins blancs, le vin sera mis en bouteille avec un ajout de sucre et de levures pour effectuer une seconde fermentation : cette opération s’appelle la « prise de mousse ». Les bouteilles, placées horizontalement « sur lattes », sont remuées pour que le dépôt de levures descende dans le goulot de la bouteille. Puis, le vigneron extrait ce dépôt et bouche la bouteille avec un bouchon en liège et un muselet.

Les Crémants d’Alsace sont généralement issus de l’assemblage de plusieurs cépages mais ce vin mousseux peut également être produit à partir de Pinot Blanc, de Riesling, de Pinot Gris, de Chardonnay ou encore de Pinot Noir.